Sélectionner une page
?>

Porcelaine d’Andenne – Art populaire religieux

12,00

Catégorie :

Description

La porcelaine d’Andenne. Art populaire religieux.
Collection Alfons Claes.

Introduction de la publication.

Les forêts modelaient autrefois notre horizon et dans ce bois rugueux d’Ardenne, l’imagination populaire a ciselé son paradis au fil de ses besoins et de ses dévotions. Nos saints de bois n’étaient pas à vendre; ils étaient, en exemplaires uniques, destinés aux églises, ils y étaient vénérés et reflétaient, par leur patronage, l’image même de nos communautés. C’étaient des saints paysans.

Dans les potales accrochées à nos fermes et à nos maisons, sur la cheminée de la « belle chambre » trônaient des saints de dimensions plus petites. Ils étaient fabriqués dans une autre terre; ils venaient de la vile, policés et vernissés, et symbolisaient le paradis chez soi et la protection des foyers. Rares étaient nos familles qui ne possédaient leur statuette en porcelaine. Elle était souvent en viel Andenne, cadeau importé, et faisait partie obligée et bienvenue de la corbeille de mariage.

Le musée en Piconrue cherchait, depuis quelques temps, à présenter cette autre facette des dévotions populaires. En rencontrant, l’an dernier, M. Alfons Claes, un collectionneur limbourgeois, nous avons eu le plaisir de fusionner nos rêves et nos passions. Il fut tout de suite conquis à l’idée  de nous confier gracieusement son admirable collection de figurines en porcelaines d’Andenne pour la saison 1988.

Nous avons donc la joie, cette année, de faire se côtoyer , dans les salles du musée, nos saints rudes de bois d’Ardenne et ceux, rutilants, de la porcelaine et du biscuit d’Andenne. Nous nous faisons un plaisir de remercier chaleureusement M. Alfons Claes pour sa grande  gentillesse. Puisse sa longue patience de vingt ans de recherches et de glanes lui valoir beaucoup de joie.

Si nos artisans et nos hommes des bois sont restés pour la plupart anonymes, l’industrie de la porcelaine d’Andenne est signée par l’Histoire.  Elle se devait d’être contée par quelqu’un du terroir, un autre passionné de ses origines. M. Robert Mordant, conservateur du Musée d’Andenne, a accepté de participer à l’élaboration de ce catalogue. Nous lui devons l’historique du vieil Andenne, qu’il nous retrace avec le lyrisme qui caractérise le coloris de ses statuettes. Nous le remercions pour l’empressement qu’il a mis à nous répondre et pour la chaleur de ses mots, avec lesquels il a redoré la porcelaine.

Profiter d’une si merveilleuse galerie de saints sans les grouper en une thématique eût été lui ôter une grande partir de sa raison d’être. Nous sommes particulièrement reconnaissants à M. Albert  Latteur d’avoir rendu à chaque statuette sa vie sociale. Gardien enthousiaste des choses célestes, il s’est fait un plaisir de rendre vivante cette splendide collection dans une perspective à la fois historique, théologique et symbolique.

Nous devons des remerciements tout spéciaux au Crédit Communal de Belgique, et en particulier à M. Jean-Marie Duvosquel, Chef du Département culturel. Sans leur soutien, ce catalogue n’aurait peu être réalisé à la mesure de la collection présentée.

Nombreux sont les amis qui, dans la mise en œuvre de l’exposition et dans l’embellissement du Musée en Piconrue, ont consacré leurs loisirs à de multiples tâches. Notre gratitude ne saurait être à la hauteur de leur désintéressement. Ils y ont mis leur cœur à l’instar des artisans d’Ardenne.

André Neuberg