Sélectionner une page

André Sprumont

Publié le 19 janvier 2011

 

Aube attendue
2002
Huile sur toile

André Sprumont - Aube attendue.2002 - Huile sur toile 60x60cmAndré Sprumont naît à Andenne, ville située sur les bords de la Meuse, le 3 mai 1938. Très jeune il se passionne pour le dessin. Son père, architecte, lui inculque le sens de l’esthétique. Pratique la peinture en autodidacte.

Désireux de bien faire et considérant que la peinture ne se trouve que lentement, il construit son univers patiemment. Peu pressé d’exposer, il travaille dans le silence de l’atelier à perfectionner sa technique. Il dira : « Le style et la technique sont indissociables ». Expose pour la première fois en 1970 à la galerie Rops à Namur. Encouragé par la critique, il s’investit totalement dans la peinture. Par la suite, il abandonne la figuration pour l’abstraction. Le noyau devient le point d’articulation du tableau. Il s’isole dans de vastes zones claires, le plus souvent géométriques. Ainsi naît l’opposition entre l’organique et l’inanimé. Séduit par la peinture à thème, il entreprend de réaliser à travers Homère, les « 24 Chants de l’Odyssée ».
En 1980, il revient à la figuration. Les thèmes de cette époque sont : « L’Ile », « L’Errance » et « Les Brumes ».
A partir de 1984, l’artiste retourne à l’abstraction. Il découvre les matières. Les gris dominent, les couleurs sont sourdes. La composition se structure davantage. En 1987, il travaille sur panneaux laqués. De 1988 à 1990, la truelle est utilisée pour créer de larges à-plats noirs ou de couleur de forte densité en contraste avec un noyau de plus en plus isolé.
En 1991, reprise des matières, intégration de toile de jute, etc.
En 1992, un thème : celui de la nuit. Les bruns dominent, le clair obscur s’installe. La matière est présente sans être envahissante.
Les saisons prétextent un retour à une figuration suggérée et paysagère. La palette s’éclaircit. C’est en 1995 que l’artiste pratique une peinture plus gestuelle, plus instinctive. Les toiles sont largement brossées. « Terre promise » en est le nouveau thème.

Extrait de l’ouvrage consacré à l’artiste André Sprumont par Alain Viray, préface de Serge Goyens de Heush, publié en 1996 par les Editions de la Fondation pour l’Art belge contemporain,